Qu'on se le dise... en rose !

C'est n'importe quoi...

samedi, janvier 20

Bien dit...

Ce qui a retenu l'attention médiatique cette semaine, malheureusement, c'est sans contredit le sondage publié lundi passé par le Journal de Montréal.

Gil Courtemanche commente aujourd'hui dans Le Devoir, et il ne met pas de gants blancs...

« Ce dont nous avons été témoins cette semaine constitue une sorte de viol volontaire de la conscience collective, l'imposition à l'ensemble de la population d'un débat dangereux et piégé qui s'appuie sur des outils douteux, sinon biaisés. Quebecor a fait le choix de la démagogie et des amalgames. L'entreprise ne s'est jamais inquiétée des conséquences de son geste. Elle ne s'est jamais demandé si le sondage qu'elle utilisait pour nous effrayer ainsi et pour donner un portrait absolument faux des Québécois reposait sur des bases solides, tant dans l'échantillon que dans la formulation des questions. Une lecture rapide des résultats démontre de façon indiscutable que le titre du Journal de Montréal était non seulement une exagération mais aussi un pur mensonge, pas une erreur d'aiguillage mais bien une fausse information conçue volontairement pour augmenter le tirage et tirer l'auditoire vers l'exploitation souvent insouciante que devait en faire TVA pendant une semaine. Tout directeur de l'information sérieux et responsable aurait jeté cette enquête d'opinion à la poubelle.

(...)

Ce grave manquement éthique qui mériterait qu'on porte plainte devant le Conseil de presse
constitue aussi une démonstration éloquente des dangereuses distorsions que peuvent provoquer dans une société des empires médiatiques dépourvus de conscience sociale et du sens des responsabilités civiques. Le principal danger de la concentration, c'est la manipulation de l'opinion publique, et c'est ce que nous avons vécu cette semaine. » (Source)

Ça me rassure de voir que certains journalistes commencent à délaisser la langue de bois. Parce que ce que nous avons vécu cette semaine n'a tout simplement pas d'allure. Ce n'est pas du journalisme, plutôt une façon tordue de nous vendre de la publicité.
@

6 commentaire(s):

  • At 20 janvier 2007 à 11 h 12, Anonymous Dre Papillon said…

    Effectivement, c'est une bouffée d'air frais que cette réflexion. Le Devoir est un journal très satisfaisant par les temps qui courent. Il ne nous a même pas spammés avec la "saga Myriam Bédard".

     
  • At 20 janvier 2007 à 12 h 20, Blogger Qu'on se le dise... en rose ! said…

    J'ai l'impression aussi que Le Devoir redevient un vrai journal.

    Les mensonges de Bush&Cie(s) y sont encore rapportés, mais...

     
  • At 20 janvier 2007 à 17 h 52, Anonymous Henri said…

    Je me posais la question : existe-t-il au sein de Quebecor (TVA-J.de M.) une espèce d'ombudsman, ou un responsable qui s'occupe des plaintes des lecteurs-téléspectateurs ? Si c'est le cas, on pourrait tous lui envoyer une plainte sur ce fameux sondage, réchauffé toute la semaine à LCN.

     
  • At 22 janvier 2007 à 05 h 26, Blogger Qu'on se le dise... en rose ! said…

    Je ne sais pas mais...

    on pourrait tous lui envoyer une plainte sur ce fameux sondage, réchauffé toute la semaine à LCN

    Tu penses sérieusement que ça servirait à quelque chose ?

     
  • At 22 janvier 2007 à 07 h 46, Anonymous Henri said…

    Ne sais pas...
    Mais comme TVA-JdeM est chantouilleux lorsqu'il s'agit de popularité et de cote d'écoute...

     
  • At 22 janvier 2007 à 15 h 05, Blogger Qu'on se le dise... en rose ! said…

    C'est sûr que ce tandem né de la convergence est très préoccupé par les cotes d'écoute... mais uniquement pour la pub que ça rapporte.

    Mettre n'importe quoi à la UNE du JdeM, pourvu que les pseudo-journalistes de LCN et TVA reprennent la "nouvelle", ce qu'ils font systématiquement, ça rapporte beaucoup de beaux dollars.

    La qualité ? L'éthique ? Je pense que c'est le dernier de leurs souçis.

     

Publier un commentaire

<< Accueil