Qu'on se le dise... en rose !

C'est n'importe quoi...

vendredi, octobre 6

Tristement dégoûtant...


Le centre de l'information de Montréal, le nouveau nom ronflant que se donne RDI, a délégué une journaliste aux funérailles des victimes du viaduc. C'est pathétique...

Présentement elle interviewe le curé qui dira la messe. Le curé ne parle pas trop fort mais il semble heureux de vivre son 15 minutes de gloire. La journaliste pose des questions ridicules, ça ne peut faire autrement... Vous avez rencontré des membres des familles ? Vivent-ils ça sereinement ?

Elle nous dit que les gens qui sont venus se recueillir ont tous une petite pensée pour le petit orphelin de huit ans. Elle demande à une passante... ça doit être triste pour les familles... et l'autre répond des nullités, évidemment.

La cérémonie devrait débuter dans quelques minutes et le centre de l'information de Montréal est sur place. Ça promet juste un autre gaspillage d'argent de la part de notre société de tas. Du gaspillage indécent compte tenu qu'il se fait sur le dos du malheur des gens.

J'aurais voulu commenter toutes les conneries entendues au nouveau "centre de l'information" sur ces funérailles puisqu'ils ont une journaliste sur place, mais le dégoût m'en empêche. Et c'est sans compter que ce serait une complète perte de temps puisque je n'apprendrai rien, à part que même si RDI se définit maintenant comme le centre de l'information de Montréal, ce qu'on nous sert ne vaut pas mieux que ce qu'on voit à TVA ou TQS.

De la bullshit... ou de la merde si vous aimez mieux !
@

3 commentaire(s):

  • At 6 octobre 2006 à 10 h 56, Blogger André Bérard said…

    Pathétique, c'est le seul mot qui me vient à l'esprit devant ce triste spectacle. Le mieux, c'est de ne pas perdre son temps à écouter ces conneries. Ça contribuera à faire chuter les saintes côtes d'écoute.

    AB

     
  • At 6 octobre 2006 à 11 h 06, Blogger Qu'on se le dise... en rose ! said…

    C'est vrai que le mieux c'est de ne pas perdre son temps à écouter ces conneries... sauf quand, comme moi, on carbure à l'observation des médias.

    Pour ma défense j'avoue que je navigue sur le net avec comme "bruit de fond" RDI. Et quand le "bruit de fond" dépasse les bornes, ça me donne le goût de commenter.;-)

     
  • At 6 octobre 2006 à 19 h 23, Blogger André Bérard said…

    Je comprends très bien le phénomène

     

Publier un commentaire

<< Accueil