Qu'on se le dise... en rose !

C'est n'importe quoi...

mercredi, mai 28

Le déserteur...

J'aime beaucoup cette chanson, de Boris Vian. Vous pouvez l'entendre ici...

Le Déserteur est une chanson écrite par Boris Vian, sur une musique de Harold Berg, dont la première interprétation a été diffusée en 1954. (Wikipédia)

Elle serait écrite aujourd'hui, qu'elle serait tout à fait pertinente...

Monsieur le président
Je vous fais une lettre
Que vous lirez peut-être
Si vous avez le temps

Je viens de recevoir
Mes papiers militaires
Pour partir à la guerre
Avant mercredi soir

Monsieur le président
Je ne veux pas la faire
Je ne suis pas sur terre
Pour tuer des pauvres gens

C'est pas pour vous fâcher
Il faut que je vous dise
Ma décision est prise
Je m'en vais déserter

Depuis que je suis né
J'ai vu mourir mon père
J'ai vu partir mes frères
Et pleurer mes enfants

Ma mère a tant souffert
Elle est dedans sa tombe
Et se moque des bombes
Et se moque des vers

Quand j'étais prisonnier
On m'a volé ma femme
On m'a volé mon âme
Et tout mon cher passé

Demain de bon matin
Je fermerai ma porte
Au nez des années mortes
J'irai sur les chemins

Je mendierai ma vie
Sur les routes de France
De Bretagne en Provence
Et je dirai aux gens:

«Refusez d'obéir
Refusez de la faire
N'allez pas à la guerre
Refusez de partir»

S'il faut donner son sang
Allez donner le vôtre
Vous êtes bon apôtre
Monsieur le président

Si vous me poursuivez
Prévenez vos gendarmes
Que je n'aurai pas d'armes
Et qu'ils pourront tirer

@

6 commentaire(s):

  • At 28 mai 2008 à 08 h 45, Blogger Zoreilles said…

    J'ai toujours aimé cette chanson, une oeuvre magistrale. Ça raconte une histoire, plusieurs même. On dirait un grand film, une saga sur la nature humaine, la justice, la liberté. Il y a des colères qui sont des mots d'amour, en quelque sorte.

    Il y a si peu d'hommes libres...

     
  • At 28 mai 2008 à 10 h 47, Blogger Guy Vandal said…

    Chère Zoreilles, ça doit faire 20 fois que j'écoute cette chanson depuis ce matin...

    J'écoute et je réfléchis à ton commentaire.

    Une oeuvre magistrale

    C'est vraiment ce que je pense aussi. S'il faut donner son sang, allez donner le vôtre... monsieur le président.

    Ça raconte une histoire, plusieurs même.

    J'ai l'impression que tous les couplets sont des histoires...

    On dirait un grand film, une saga sur la nature humaine, la justice, la liberté.

    En tout cas, on peut se l'imaginer...

    Il y a des colères qui sont des mots d'amour, en quelque sorte.

    Oui mais pas toutes. C'est que parfois le président, y fait chier en sacramant.

    Il y a si peu d'hommes libres...

    Et c'est si précieux la liberté.

    Nous ne sommes pas sur terre pour tuer des pauvres gens...

    Dis, tu viens danser?

     
  • At 28 mai 2008 à 12 h 48, Blogger Zoreilles said…

    Moi, j'aimerais mieux qu'on la chante. À TUE-TÊTE!!!

     
  • At 28 mai 2008 à 22 h 33, Blogger Guy Vandal said…

    Qu'on la chante? Quoi, t'aimes pas danser?

    Je niaise...

    Sais-tu quoi? Même si je ne sais pas chanter, même si j'ai la voix enrouée, j'aimerais faire cette chanson avec au moins une autre personne, le 24 juin, à Radisson.

    C'est peut-être pas une chanson de circonstances, mais je m'en fous. C'est une chanson qui parle.

     
  • At 29 mai 2008 à 07 h 23, Blogger Zoreilles said…

    T'as quelques semaines pour mettre ton projet à exécution. Suffirait que tu trouves quelqu'un qui l'aime autant que toi, cette chanson. Et si les voix sont enrouées, écorchées, rauques, ça sera encore plus touchant, criant de vérité.

    Le 24 juin, je serai aux Iles, c'est pas mal loin de Radisson mais j'aurai une pensée pour toi... et cette chanson.

     
  • At 30 mai 2008 à 11 h 40, Anonymous Anonyme said…

    Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blogue.

     

Publier un commentaire

<< Accueil