Qu'on se le dise... en rose !

C'est n'importe quoi...

jeudi, mai 25

Tout un monde, quand même !

Je suis de plus en plus impressionné par la qualité des carnets au Québec. J'adore en faire le tour...

Je n'ai jamais écrit de billet comme celui-ci. C'est une expérience. Un commentaire en peu de mots, sur un passage d'un billet que j'ai trouvé pertinent. Si vous aimez, ce "genre" pourrait se retrouver dans La ruche. Les caractères gras sont de moi...

Le droit de le dire: « Que ce soit cette bouse philosophico-religieuse qui s'est mangée une jolie volée de bois vert critique ou les prochains X-Men, une flopée de films n'ont absolument pas besoin de critiques. Le journaliste pourrait même écrire ses souvenirs de vacances à la place de son papier, ça n'y changerait rien: la publicité et le marketing ont déjà fait tout le travail et la plupart des gens intéressés par la chose iront la voir, moisie ou pas. » Arrête ton cinéma
***
Oui, une vraie: « Ma copine est une artiste, une vraie : elle peint, fait du vitrail, de l’illustration et du design graphique. Un concentré de talents dans seulement 4 pieds 11 pouces. Ces œuvres sont un bonheur pour les yeux. » Blogue-notes
***
Plein de bon sens: Si je fais faire de la construction ou des réparations sur mon terrain ou ma maison, la plupart du temps ces travaux comportent une garantie. Pourquoi quand l’état fait construire ou réparer une route par un contracteur, le travail n’est pas garanti? Le Gros BS
***
En effet... : « Ici au Canada, nous devrions baisser les yeux. Pourquoi ? Parce que nous, qui sommes si démocrates et qui nous permettons d'aller enseigner au moyen-orient les principes de la démocratie, nous avons triché. Nous avons enfreint les bases élémentaires de la démocratie pour "sauver" un pays. » Le Salon Bleu
***
Trimer dur: « Pour le reste, c’est effectuer beaucoup de travail très utile de façon entièrement bénévole. Je dis bien "utile", parce que les étages crient au meurtre quand nous sommes absents. Moi, j’appelle ça de l’exploitation. Parce que les journées sont trop longues, au détriment de la vie privée, du repos et même de l’étude (qui ne manque pas !). » L'île de Ebb et Hoedic
***
Tiens... il est humain celui-là: « Entre pots d'échappement et pots de peinture, il n'émanera pas grand chose de votre hôte aujourd'hui.
Je manque de repos, je suis à fleur de peau, presqu'au bout du rouleau. Presque... Me reste une couche ;-) » Un taxi la nuit
***
Voilà.

J'ai volontairement oublié De tout et de rien. Non pas parce qu'il n'est pas intéressant, bien au contraire. Mais comme il écrit beaucoup, je cherche une façon de faire un résumé de tous ses billets.
@

4 commentaire(s):

  • At 25 mai 2006 à 13 h 35, Anonymous Yvan said…

    Je vais te faciliter la tâche, je vais arrêter d'écrire... :-)

    Eh oui, je suis abonné au Devoir.

     
  • At 25 mai 2006 à 14 h 03, Blogger Qu'on se le dise... en rose ! said…

    Je vais te faciliter la tâche, je vais arrêter d'écrire... :-)

    C'est pas facile arrêter d'écrire... ;-)

     
  • At 25 mai 2006 à 18 h 30, Blogger André Bérard said…

    Merci pour la mention de mon carnet dans ce billet. Je viens de constater que j'ai oublié d'inclure le tien dans mes liens. Je corrige la chose sur-le-champ!

    André

     
  • At 25 mai 2006 à 19 h 47, Blogger Jean-Frédérick Gagnon said…

    J'aime bien le "format" de ce billet. Il permet un accès condensé de l'allure d'un carnet et, quand on s'y intéresse, il ne reste qu'à se rendre sur le site proposé.

    En fait, Guy, ça rend plus disponible des carnets qui, dans bien des cas, seraient resté inconnus.

    Belle initiative.

     

Publier un commentaire

<< Accueil