Qu'on se le dise... en rose !

C'est n'importe quoi...

vendredi, février 23

Méfions-nous des "peddlers"...

La sauce devient de plus en plus diluée dans le discours péquiste...

«Nous miserons sur le dynamisme de nos régions et nous engageons à tenir une consultation populaire le plus tôt possible dans un premier mandat pour que le Québec devienne enfin un pays» (A. Boisclair)

Qu'est-ce que c'est que cette nouvelle stratégie ? S'il y a encore un indépendantiste au Québec à croire que le PQ veut vraiment l'indépendance du pays, c'est qu'il est profondément naif. Encore une fois, le PQ n'a aucune autre stratégie que de gagner la prochaine élection.

Il promettra beaucoup dans les prochains jours le PQ. Beaucoup et n'importe quoi. Là où le vent soufflera, comme le gel des frais de scolarité ou la vente du Mont-Orford. L'image que le PQ a élu en novembre 2005 n'étant pas aussi efficace qu'espéré, ce parti fera beaucoup de promesses coûteuses d'ici le 26 mars, pour compenser.

Les lucides ne cessent de nous dire que le Québec est une province pauvre. La question qui sera inévitablement posée au PQ c'est; on paye ça comment ces belles promesses ? C'est là que les réponses risquent de devenir nébuleuses.

Remarquez que c'est facile de se débarasser des promesses en l'air une fois au pouvoir. S'agit de dire qu'il y a un trou dans les finances publiques. Charest nous a fait le coup en 2003, Boisclair fera de même s'il devient premier ministre le 26 mars.

Le truc est connu depuis longtemps...
@

2 commentaire(s):

  • At 23 février 2007 à 22 h 30, Anonymous Gilles Laplante said…

    Je ne comprend pas que les Québécois se laissent prendre à ça à chaque fois. Serions-nous un peuple de cons?

     
  • At 23 février 2007 à 23 h 14, Blogger Guy Vandal said…

    Non nous ne sommes pas un peuple de cons.

    Nous sommes plutôt un peuple manipulé par les médias, comme à peu près tous les peuples...

     

Publier un commentaire

<< Accueil