Qu'on se le dise... en rose !

C'est n'importe quoi...

lundi, janvier 14

Le carnetier de l'année 2007... (2'ème partie)

Longue vie au journalisme citoyen, le vrai, comme il le pratique, celui qui trace la voie à plus de vérité, de justice sociale et de démocratie citoyenne! (Une très grande aussi.)

Les bons commentaires que vous avez écrit dans la première partie m'ont donné une belle énergie. Après avoir publié, j'étais un peu "fatigué". Je trouvais que c'était beaucoup de travail, alors que j'en avais déjà pas mal avec le resto. Mais de lire vos commentaires a complètement changé mon "attitude". Merci...

Voici donc la deuxième partie, de cette rétrospective, de l'excellent travail journalistique qu'a réalisé André Bérard en 2007. Quatre autres mois sont revu, de mai à aout. Vous êtes prêts? On y va!

Mai

09- On est journaliste, ou on l'est pas. Le déversement illégal pose des questions, ça prend des réponses... «Si vous croisez M. Gravel, rappelez-lui que moi et M. Éric Veilleux l'avons avisé de la situation il y aura bientôt deux semaines et qu'il devait communiquer avec nous, ce qu'il n'a pas encore fait. Sachez que la Ville de Sainte-Adèle (celle qui laisse le tuyau déverser son contenu dans la rivière) est aussi membre d'Abrinord. Ce qui, à mon avis, place M. Gravel «entre deux chaises». Un des membres de son organisme est paradoxalement un des principaux pollueurs de la rivière qu'il est censé protéger. La politique ne pollue pas seulement notre existence, mais aussi nos plans d'eau!» Il l'a dit, euh... je veux dire, écrit. Ça restera. Tout le monde sait que les écrits restent !

14- Le déversement illégal est encore le sujet... Les ententes concluent sous le feu des projecteurs, ça fait de bons titres, ça positionne, ça démontre la bonne volonté, c’est bon pour l’image, mais c’est avec les résultats et les actions que l’on mesure la portée d’une entente et non par sa couverture médiatique. Ouais. Parce que la couverture médiatique traditionnelle, quand c'est pas nulle à chier, c'est pas loin...

15- Ça bouge, presqu'à reculons. Comment ? On le saura bien... Sainte-Adèle injectera 4,7 millions $ dans la réfection de son usine d’épuration des eaux usées et du système de tuyaux d’amenée ainsi que pour le changement des pompes de surpression afin de diminuer d’au moins 50 % les rejets d’eaux usées. Sauf que, ben..., Souhaitons que le tuyau dont nous avons mentionné l’existence dans ce carnet fasse partie des infrastructures visées. Je suis impatient de connaître la position de la Ville sur la pression qu’exerce le développement immobilier sur un réseau d’égouts désuet et dans certains cas en piteux état. On nous promet des explications concernant cette situation. On ne peut nier que le carnetier de l'année 2007 ne se laisse pas impressionner aisément, ce qui est le cas de beaucoup trop de journalistes...

16- Héhé, c'est qu'il ne lâche pas le morceau facilement... À mon avis, la Ville se fait du capital politique sur une entente dite historique qui n’est dans les faits qu’un investissement qui s’imposait afin de répondre aux «besoins» actuels et futurs des Adélois. Je revis la "saga", en même temps que vous. C'est absolument fascinant. J'écris ce texte... et j'ai vraiment hâte de connaitre la suite.

18- J'ai énormément d'admiration pour notre carnetier de l'année 2007, quand il nous sort des billets comme celui-là... Au lendemain de l’entente «historique» concernant la protection de la Rivière du Nord et à la veille de la journée de L’environnement de Sainte-Adèle, voici un aperçu de la soupe que crachait aujourd'hui le «fameux» tuyau d’égouts directement dans la rivière. Si une image vaut mille mots, dans ce billet, y'en a deux. C'est donc dire 2000 mots ? Allez-y voir.

Juin

06- Héhé... La manchette du Journal des Pays d’en haut de cette semaine se lit comme suit : Îlot Grignon : patience.

Là, ça me donne le goût d’ironiser. Alors, j’y vais!

Dans l’article, nous pouvons lire que M. Mongeau, directeur général de la Ville, «pilote» le projet de revitalisation du centre-ville avec les autres membres du comité (un autre) de revitalisation. On fait appel à notre patience. Pas le choix, car ce «pilote» semble avoir échoué les tests pour l’obtention de son brevet. À ma connaissance, les grands projets pilotés par l’équipage Cardinal n’ont pas vraiment décollé. Certains se sont même écrasés en bout de piste. (...) Cette administration a fait des grandes annonces un dada. Plans directeurs par-çi, investissements par-là, La Rolland sauvée et aujourd’hui, Îlot Grignon: patience. Je souhaite que ce projet soit muni d’une boîte noire, car nous aurons besoin de la consulter après l’écrasement. Les données seront probablement effacées, mais la loi de l’accès à l’information nous permettra d’en récupérer une partie
. On ne l'empissète pas facilement notre carnetier, c'est pour ça que j'ai tant d'admiration pour lui. Effectivement, il y aura écrasement. À suivre... ;)

11- On peut dire qu'il n'en manque pas une. Il trouve le moyen d'insérer son "message", même si la canicule est le sujet principal du billet... Lorsque j’insiste, en vantant les qualités et les charmes de l’automne et de l’hiver, on ne comprend strictement rien à mon propos, et on m’écoute poliment, sans plus, comme quand le maire Cardinal nous explique comment il réduit une dette en empruntant. J'appelle ça être audacieux. Et devant l'audace, je lèverai toujours mon chapeau!

14- Dans ce billet, André laisse parler une amie... Ah non! Après le mont Tremblant qu’on continue de faire trembler, les falaises des Laurentides qu’on ne cesse de défigurer, la chicane au parc du mont Orford, sans compter les montérégiennes éventrées, c’est au tour de l’Île Charron de subir l’assaut des «développeurs».

Doris Hall Membre du CRPF (Comité régional pour la protection des falaises) Prévost, Qc Suite...

Un superbe texte... comme Martineau n'en écrira jamais. Et pourtant, ce serait très efficace s'il le faisait. Les médias le quatrième pouvoir, parfois ça marche, souvent c'est une illusion. Et pourtant il se passe quelque chose à Ste-Adèle, depuis qu'un nouveau journaliste y fait son travail...

22- Retenez bien cette date. La cloche a sonné... Adèlois et Adéloises, ne manquez pas de lire l'Accès de cette semaine. Je vous promets mes commentaires (et ils sont nombreux) sur cet article qui nous apprend que le directeur général de la Ville de Sainte-Adèle a l'utilisation d'une voiture louée au nom d'Attitude Nord, un promoteur immobilier très actif à Sainte-Adèle. Le directeur général de la ville et un promoteur immobilier, très actif à Ste-Adèle, pensaient peut-être que cette histoire passerait inaperçue. Peut-être pensaient-ils aussi, que le métier de journaliste était définitivement mort et enterré!

26- D.G., la suite... M. Mongeau admet qu’il utilise la voiture depuis octobre dernier. Il admet aussi qu’il existe une entente de sous-location entre lui et le promoteur immobilier. Une entente privée, précise-t-il. M. Mongeau effectue les paiements tous les mois, en argent comptant.

Questions: pourquoi payer en argent comptant dans le cadre d’une entente écrite?
Pourquoi ne pas simplement remplir un formulaire de cession de bail et rouler sans ambiguïté dans une voiture immatriculée à son propre nom?
En argent comptant ? Lui c'est $45 000, Brian Mulroney, c'est $300 000. Les deux cas sont douteux, insistons, très douteux...

Juillet

03- 12 jours plus tard, l'administration Cardinal n'a toujours pas répondu aux questions que pose le "copinage" D.G. et promoteur immobilier. 12 jours plus tard, André est toujours là... En tant que citoyen, j’interprète le mutisme du maire Cardinal comme du mépris envers ses électeurs. Pas vous? Les équipes de relations publiques de la Ville ne doivent pas chômer en ce moment. Il serait grandement temps qu’elles nous pondent un petit quelque chose. À moins que l’administration Cardinal se réfugie, une fois de plus, dans ses vieux réflexes en répondant par la voix des mises en demeure et des poursuites. Ce qui, à mon avis, serait pathétique. André nous a rappelé très justement dans les commentaires de la première partie de cette revue, que... N'oublions pas que les gens qui font les sujets de mes articles sont aussi ceux que je côtoie quotidiennement à l'épicerie, au garage, etc. N'oublions pas que Ste-Adèle, ce n'est pas Montréal. C'est petit, tout le monde se connait. Il faut être courageux pour faire du journalisme dans cette situation. D'ailleurs, le courage devrait être un pré-requis obligatoire pour pratiquer ce métier!

05- Le maire n'a toujours pas réagi, les citoyens adèlois commencent à insister, et André est toujours aussi percutant... Depuis la publication de l’affaire Mongeau/Attitude Nord dans le journal Accès, je reçois quantité de courriels de citoyens outrés par cette affaire et surtout par la l’inaction du maire vis-à-vis le comportement de son employé André Mongeau, qui « entache la réputation de l’ensemble de cette administration ». Je pense qu'à ce moment là, le maire rêvait que les citoyens adèlois oublient l'affaire. Son rêve aura tourné au cauchemar, on le verra plus loin...

06- Y'a-t-il un lien ? Pour une cinquième fois, l’entreprise Mærix est aux prises avec un problème majeur de refoulement des égouts sanitaires dans ses bureaux situés au 2745 rue Rolland. Parce que c'est pas l'amour fou entre l'entreprise Maerix et la corporation d'affaire la Rolland. Laxisme désolant ? Ou laxisme intéressé ?

08- 16 jours plus tard, le D.G. démissionne, mais ça ne répond pas à toutes les questions... Suite logique. Ce qui l’est moins, c’est tout le reste: la position du maire, des conseillers, des médias de la région (attention, je n’accuse pas les journalistes, mais bien les éditeurs) En ce qui me concerne, je n’achète pas la version du maire. Même en solde. Pas plus que celle de M. Mongeau. Selon ma compréhension de la nouvelle, M. Mongeau quitte, car il devient difficile pour lui de travailler dans un climat où planent des allégations à l’égard du Service de police, de certains élus et de sa propre personne. Ce que j'aime beaucoup de André, c'est que ces textes sont bien structurés. Tu le lis et tu te dis; criss, ce gars-là, il a raison. Ça chauffe à Ste-Adèle et ce n'est pas la canicule qui est en cause. Ça chauffe vraiment, et André reste droit. Il continue de répéter les mêmes questions. Je lui partage mon prix: Acharnement carnetier, délicieusement décerné par Esperanza. Parce que c'est vrai qu'il ne lâche pas le morceau facilement. Imaginez si tous les journalistes étaient comme lui...

Pause...

À ce stade-ci de cette revue, il faut que vous sachiez que je suis totalement fasciné. Non mais, avouez, je relis tous les textes, ça ne peut faire autrement. Si la tête d'André n'enfle pas, nous avons là, pour demain, un très grand journaliste. Pour moi, un journaliste se doit d'être libre... et courageux. Une race de plus en plus rare, dont André fait définitivement partie...

Fin de pause... ;-)

13- Gilles Latulippe aurait écrit la "pièce de théâtre" qui se déroulait à Ste-Adèle cet été, qu'on aurait tous bien rigolé. Sauf que ce n'était pas une pièce de théâtre... Qui dirige l'Hôtel de Ville ? La question se pose. Dans un acte d’insubordination digne du film «les révoltés du Bounty», le directeur général de la Ville de Sainte-Adèle, André Mongeau, a publié le 6 juillet dernier, un communiqué de démenti, en son nom et sur feuille à en-tête officielle de la Ville. Le deuxième de la trilogie «Mazdagate» dont le scénario reste à finir. Un autre superbe texte. André fait même une proposition aux "ceusses" qui sont supposé enquêter à propos du supposé contrat, "écrit", que le D.G. dit avoir avec le promoteur immobilier... Je fais une offre officielle aux enquêteurs: laissez-moi le fichier électronique original de la présumée entente de sous-location intervenue entre le DG et Attitude Nord, et en quelques minutes, je vous dis si c’est un faux. Prêtez-moi le document imprimé et signé par les deux parties, et je fais la même chose. Je suis même prêt à leur donner le truc. Après. Quand André publie un texte, c'est du béton. Il n'a pas le choix me direz-vous, car plusieurs aimeraient bien l'atteindre... avec leurs briques et leurs fanaux.

17- Ça chauffe de plus en plus à Ste-Adèle, et le réchauffement climatique n'y est toujours pour rien. Il y aura "enquête" sur les agissements du D.G.. Vous savez, le genre d'enquête dont on connait déjà les conclusions avant même qu'elle ne soit commencée ? Ça ne peut faire autrement, l'administration Cardinal l'a confié à des amis... Je persiste à affirmer que cette enquête est illégitime. Elle doit être confiée à une tierce partie qui n’est liée à aucun des membres de cette administration. Il est établi que M. Mongeau a été en relation d’affaires avec ce cabinet. En sa qualité de directeur général, il est raisonnable d’affirmer qu’il est un des clients lucratifs du cabinet. Les «enquêteurs» interrogeront-ils le maire et les conseillers, c’est-à-dire leurs clients, afin de déterminer s’ils étaient au courant des agissements du DG? Cela revient à payer les enquêteurs qui pourraient possiblement vous incriminer. Dans un tel contexte, peut-on accorder une quelconque valeur aux conclusions de l’enquête?. Non on ne peut pas, c'est clair. L'administration Cardinal prend vraiment ses citoyens pour des imbéciles si elle pense qu'ils vont avaler ce que révèlera(triple sic) cette enquête bidon.

Aout

03- Mongeau n'est pas encore parti, et ça chauffe de plus en plus à l'hôtel de Ville. Pour la première fois en plus de 40 jours, une conseillère municipale, une femme, prend position... La crise politique qui secoue actuellement l’Hôtel de Ville de Sainte-Adèle connait un revirement important avec la prise de position publique de la conseillère Barbeau sur les agissements du directeur général André Mongeau. Ça en aura pris du temps. Ça prouve, à mon avis, que la merde est bien collée. Je trouve assez significatif de constater que le premier conseiller municipal a avoir eu des couilles dans cette histoire, est une femme!

09- Notre journaliste ne se contente pas que de surfer sur l'affaire Mongeau. Il y en a d'autres "histoires", à Ste-Adèle... Stéphane Lalande, directeur général du CLD des Pays-d’en-Haut, est au centre d’une affaire troublante, suggérant qu’il a tenté de soutirer, sous de faux prétextes, un montant d’argent à une entrepreneure de la région. Ce billet est un véritable bijou journalistique. Des faits, des faits, rien que des faits. Ah ce que j'aimerais que Lagacé et Martineau le connaissent.

18- Ça brasse, et d'aplomb, à Ste-Adèle... Toutes tentatives d’intimidation, de poursuite-bâillon ou autres manœuvres visant à restreindre la liberté d’expression dans ce carnet seront vivement dénoncées et diffusées dans les médias traditionnels et Internet. Ils savent, et on sait que la carnetoshère est "pesante". Je suis sûr que ceux qui apprécient le travail de André ne le laisseront jamais tomber. Ensemble, nous avons un pouvoir non-négligeable... et grandissant.

21- Si la première partie de cette revue l'a flabbergasté, là, c'est moi qui l'est. (...) M. Cardinal devrait se retirer officiellement de la brochure promotionnelle du promoteur. La présidente d’Attitude Nord devrait se faire retirer le prix d’Ambassadrice de la Ville de Sainte-Adèle, qu’elle a récemment reçu. En appuyant ouvertement ce promoteur, la chambre de commerce de Sainte-Adèle et le maire Cardinal ont fait preuve d’un manque de vision impardonnable. Certaines vérifications élémentaires auraient pu leur éviter le pire. Comme vous le constaterez bientôt. Vous avez pas idée des émotions que je vis en écrivant cette rétrospective. Jour après jour, semaine après semaine, André fait preuve d'une rigueur phénoménale. Il tient son sujet, par les "couilles", et il ne lâchera pas. C'est fascinant le métier de journaliste, quand c'est bien exercé.

30- 70 jours après, c'est long... C’est le temps qui s’est écoulé depuis la parution de l’article sur l’affaire Mongeau/Paré, publié dans l’Accès du 22 juin dernier. Le conseil persiste à maintenir un silence opaque et arrogant autour de la pseudo-enquête, menée de façon «pseudotransparente» par une firme d’avocats «pseudoneutre. (...) Plusieurs croient que le maire Cardinal n’a plus la légitimité du pouvoir. En s’associant à un promoteur à ce point controversé, le maire, le directeur général de la Ville et la chambre de commerce n’ont-ils pas fait preuve d’un impardonnable manque de discernement qui aura un impact négatif sur toute une région? Beaucoup en sont persuadés et semblent déterminés à le prouver hors de tout doute raisonnable». Cardinal n'est plus maire de Ste-Adèle, on verra comment plus loin. Le début de la fin pour lui, a peut-être commencé après la publication de cet autre excellent billet. Non mais, c'est qu'il n'était vraiment pas transparent!

À suivre...
Première partie...

P.S. Je me suis "amusé" en écrivant cette deuxième partie. Comme dans un jeu vidéo, j'avais hâte de passer... au billet suivant. Vous semblez avoir apprécié la première, j'espère qu'il en sera de même pour celle-ci...
@

8 commentaire(s):

  • At 14 janvier 2008 à 08 h 35, Blogger André Bérard said…

    Encore une fois : quel travail colossal que tu nous livres ici! J'éprouve vraiment un plaisir coupable à lire cette revue, un peu comme un feuilleton, qui relate les «hauts faits» de cette administration municipale aujourd'hui moribonde. Cette rétrospective est pour moi un baume sur les courbatures que peut parfois infliger le travail de journaliste d'enquête en région.

    Je souligne aussi ton regard aiguisé qui a permis de corriger une information: «70 jours après.» Je me suis dit:«Ce gars-là a pris la peine de compter les jours séparant deux événements. Alors là, chapeau. J'ai dit d'Esperanza qu'il était derrière ses mots. J'affirme la même chose de Guy Vandal.

    Merci mille fois pour cette initiative. En ce qui me concerne, ça me donne de l'élan, car la rétrospective me permet d'embrasser d'un seul coup d'œil l'ensemble du travail accompli en 2007. J'ai le nez tellement collé sur les événements, qu'il est parfois impossible de s'en dégager et de se représenter l'ensemble. Ton travail me permet de le faire, et c'est pour moi une expérience jouissive.

    Merci et bravo!

     
  • At 14 janvier 2008 à 14 h 43, Anonymous Anonyme said…

    Encore une fois, un travail minutieux et présenté intelligemment. Non seulement cette initiative nous "relet dans le bain" des événements, mais, en plus, son caractère "synthèse" en permet une compréhension plus fine parce que tout est "ramassé" en un seul écrit.

    Il serait peut-être intéressant que tu fasses le même boulot avec Lagacé ou Martineau (juste un mois serait amplement suffisant) juste pour démontrer leur manque de substance. En fait, tu n ous pruve que André Bérard est un journaliste alors que pour les deux autres, de simples entertainers.

     
  • At 14 janvier 2008 à 14 h 44, Anonymous Anonyme said…

    Naturellement, il fallait lire "nous remet dans le bain" et non relet... Ah doigts, quand vous nous fourchez...

     
  • At 14 janvier 2008 à 18 h 21, Blogger Guy Vandal said…

    André: Je ne sais pas quoi te dire. C'est que j'en ai déjà dis pas mal. Je rajouterais peut-être que c'est tout à fait fascinant à faire comme travail, mais ça, je pense que tu l'as déjà senti...

    Ceci étant dit, j'ai hâte de finir cette rétrospective car je doute de plus en plus. Je voudrais que tu la trouves palpitante, et vous aussi lecteurs, jusqu'à la fin. T'as pas idée de la pression que ma tête peut "imaginer". Ou peut-être que si finalement...

    Esperanza: Merci...

    Le même boulot avec Lagacé ou Martineau ? Puisque tu suggères l'idée, qui des deux aurait ta préférence ? Ce serait mon premier texte commandé... ;)

     
  • At 14 janvier 2008 à 19 h 58, Blogger Zoreilles said…

    Quel magnifique travail de rétrospective, Guy, qui vient mettre en lumière encore une fois le travail colossal et rigoureux accompli par André Bérard au fil des jours, des semaines et des mois.

    Avec cette rétrospective dont tu nous fais profiter élégamment, tu gagnes aussi beaucoup au fil de tes relectures et découvertes toujours plus fascinantes à mesure que l'histoire se déroule. L'admiration que tu lui voues n'a d'égale que l'énergie qui semble te porter actuellement.

    Faire le même travail de rétrospective avec ce qu'écrivent Lagacé et Martineau? Tu ne serais sûrement pas porté par les mêmes nobles sentiments... Un premier texte commandé? Attention, c'est une ancienne écrivain public qui te le dit, il y a des mandats où l'on peut carrément se désâmer, même se désamourer, et finir par perdre les quelques petites illusions qu'on avait encore!!!

     
  • At 15 janvier 2008 à 14 h 25, Blogger Guy Vandal said…

    Zoreilles: Merci pour ce commentaire. C'est bien certain que j'ai beaucoup moins d'admiration pour Lagacé et Martineau...

     
  • At 29 janvier 2008 à 14 h 09, Blogger eric said…

    Synthèse intéressante quoique décourageante !

     
  • At 30 janvier 2008 à 14 h 25, Blogger Guy Vandal said…

    Éric: Plus souvent qu'autrement, observer l'actualité, c'est décourageant...

     

Publier un commentaire

<< Accueil