Qu'on se le dise... en rose !

C'est n'importe quoi...

samedi, février 10

C'est comme ça que ça se passe... mais pas juste à Montréal!

C'est mission presque impossible pour un Montréalais de comprendre les gens qui vivent en région.

Les régions, c'est un monde complètement différent. Moi je dis fascinant, mais je prêche évidemment pour ma paroisse... La Mauricie. Non mais c'est vrai, les Montréalais ne comprennent rien aux régions... et aux "régionaux". J'ai fait le tour du Québec plusieurs fois. C'est typique. Quand un Montréalais arrive dans un resto "régional" par exemple, une des premières remarques qu'il fait, c'est; Ah, c'est pas servi comme ça à Montréal !

C'est chaque fois très drôle. Et quand on a fini de rire, on se dit: Oui mais, est-ce que ça se peut que tout ne soit pas comme à Montréal ? C'est ce que les "régionaux" aimeraient bien faire comprendre aux Montréalais... IL N'Y A PAS QUE MONTRÉAL AU QUÉBEC. Mais c'est difficile.

Pourtant, Montréal ne possède pas le monopole de LA façon de faire. Ce qui se fait en dehors de l'île est souvent génial, il faut juste ouvrir les yeux.

Cette intro, plus longue que d'habitude, truffée de subjectivité, voudrait que vous preniez le temps de lire le texte dont je met le lien ce matin. Logiquement, le Bloc ne devrait plus exister. Pas parce qu'il avait promis de ne pas durer, mais parce qu'ils ne sert à rien d'autre que de distribuer de très généreux salaires... de base.

« C'est surtout le mépris «montréaliste» à l'égard des régions et de la capitale nationale qui a entraîné le «désastre» du 23 janvier 2006 pour le Bloc à Québec. » (Source)

Ce texte est vraiment intéressant. C'est franchement du bon travail de journalisme.

Avant de tomber dans le mode solution, il faut éliminer le problème. Et le problème ici, c'est qu'un parti politique fourmillant de faux souverainistes manipulent dangereusement la démocratie. Criss que j'aimerais ça le crier assez fort pour que le Bloc disparaisse complètement du paysage politique.

Hostie que j'aimerais ça que mes rêves en couleurs se réalisent !
@

6 commentaire(s):

  • At 10 février 2007 à 10 h 02, Anonymous Henri said…

    Si ça peut te consoler... je connais également du monde de Québec qui snobent ce qui se fait en région. Entre autres, une ex-collègue avec qui je dînais dans un restaurant d'un village de 1200 citoyens. Restaurant familial où on sert de la bouffe "ordinaire". C'était très bon, bonne réputation. Mais elle trouvait quand même des choses à redire. De plus, les écoles n'étaient pas assez bonnes pour sa fille. Bref, finalement, elle est retournée à Québec. Elle est plus heureuse, nous aussi.

     
  • At 10 février 2007 à 12 h 15, Blogger Zoreilles said…

    Si tu me permets, Guy, j'aimerais te faire part d'une réflexion qui ne va pas nécessairement dans le sens de ton billet... Un point de vue personnel, là, pour discuter tout simplement.

    Mettons tout de suite au clair le fait qu'il n'y a pas plus « région » que moi. L'Abitibi-Témiscamingue, je l'habite autant qu'elle m'habite. Tu me suis?

    Je trouve très dangereux les graines qu'on sème subtilement dans la tête du monde (par l'entremise nos médias) depuis quelques temps : Montréal vs les régions. C'est subtil, le terrain est très fertile, et ça s'appelle « diviser pour mieux régner », peut-être. Nos réalités quotidiennes restent toujours tellement différentes.

    Le Québec ne sera jamais compris et traité justement par le reste du Canada, alors, je veux que le Québec devienne indépendant, souverain.

    Montréal est si loin de nous, qu'il ignore ce qu'il doit aux régions. Et vice versa, pour être honnête. Je veux que les régions se séparent de la métropole.

    Québec, la grande région, berceau de notre culture et lieu où les décisions politiques et administratives se prennent, n'est pas non plus au fait de ce qu'on vit en Gaspésie, Mauricie, Lanaudière, Montérégie, Laurentides, Côte-Nord, Saguenay, Outaouais, Abitibi, Nord-du-Québec, etc. Je veux donc que l'Abitibi-Témiscamingue, ignorée, mal connue, traitée injustement plus que toute autre, devienne un pays. Il en a la superficie d'ailleurs et les ressources.

    En Abitibi-Témiscamingue, mon pays, c'est un fait connu et documenté, que l'Abitibi est minière et jeune, se développe en cow boy au fur et à mesure des découvertes de gisements d'or, de cuivre, de zinc, alors que le Témiscamingue est plutôt agricole et forestier et a déjà beaucoup plus d'histoire. Nos réalités et notre vision des choses sont si différentes qu'on se nuit souvent entre nous. Vivement que l'Abitibi soit une région et le Témiscamingue, une autre.

    En Abitibi, Val-d'Or et Rouyn-Noranda sont deux villes d'égale population à peu près mais avec des réalités si différentes. Val-d'Or vit au rythme de Montréal, avec une grande partie de population autochtone avec qui elle fait des affaires d'or. Rouyn-Noranda vit plus au rythme de l'Ontario, se prend tout le temps pour la capitale régionale et agit comme tel, avec toutes les directions régionales des principaux ministères. Rouyn-Noranda devrait se séparer du reste de l'Abitibi!

    Me suis-tu? C'est fou raide!

    Des gens fermés, des manques d'ouverture, il y en aura tout le temps partout, et croyez-moi, c'est très répandu chez nous comme ailleurs. Alors, si on commence à se tirer des roches entre nous autres...

     
  • At 11 février 2007 à 01 h 07, Blogger Guy Vandal said…

    @Henri. Je suis presque certain que personne n'a essayé de la retenir...

    @Zoreilles. Ouais, ça cogite fort dans ce cerveau là. J'ai trouvé ta réflexion très pertinente. Elle ébranle un peu ma rigidité. C'est sympa de nous faire cadeau de tes réflexions, tu le savais ???

    Peut-être que la population québécoise aurait besoin d'une bonne engueulade collective, histoire de se dire les vraies affaires. Qu'en penses-tu ?

    Après, on finirait peut-être par tomber en amour. Non mais, c'est tellement beau le Québec...

     
  • At 11 février 2007 à 08 h 54, Anonymous Henri said…

    Vive l'Abitibi... Vive l'Abitibi libre !

    Signé : FLA (Front de libération de l'Abitibi) ;-)

     
  • At 11 février 2007 à 11 h 10, Blogger Zoreilles said…

    @ Guy : Qu'est-ce que j'en pense, tu dis? Une bonne engueulade collective? Mais c'est pas ce qu'on fait tout le temps?

    On finirait par tomber en amour, tu penses? Je t'annonce déjà qu'il y a des idylles amoureuses qui existent. Tu veux des noms? L'Abitibi-Témiscamingue, sauvage et belle, s'est laissée séduire par le mystérieux et ténébreux Nord-du-Québec. Il paraît aussi que la Beauce et Québec, mine de rien, se font du charme sans arrêt, que la Côte-Nord et les Iles-de-la-Madeleine ont été vus en tête-à-tête amoureux, lors de vacances au bord de la mer et je pourrais continuer longtemps comme ça mais tu connais ma discrétion...

    Je savais que nous tomberions d'accord sur au moins une chose, c'est tellement beau le Québec!

    @ Henri : J'aurais pensé plutôt que tu aurais proclamé haut et fort, et je t'imagine un peu, du haut du « balcon » au 4e étage où tu m'as fait découvrir un fumoir en plein air : Vive le Témiscamingue libre! :o)

     
  • At 12 février 2007 à 00 h 34, Blogger Louis said…

    Je trouve ça un peu triste cette façon de constamment blâmer Montréal pour tout ce qui arrive à Québec.

    Montréal et ses banlieues c'est plus de 40% de la population du Québec; normal que ça accapare davantage d'attention.

    Bizarrement, je ne vois jamais aucun Montréalais partir de gué-guerre contre les gens de Québec, mais à l'inverse les gens de Québec semblent avoir cette vieille jalousie larvée de la vieille capitale dépossédée face à Montréal.

    Le Bloc Québécois fait fausse route; ce qui explique le vote au PC selon moi tient plutôt à une culture populiste de droite alimentée par lUniversité Laval, la radio-poubelle et qui découle d'une tradition élitiste héritée de la Conquête de 1760.

     

Publier un commentaire

<< Accueil