Qu'on se le dise... en rose !

C'est n'importe quoi...

mercredi, octobre 25

Un billet dégoûtant...

Chié par un scribe de blogueur !

Je pense que sa tête devient de plus en plus enflé...

Non, Philippe. C'est pas ça. Je le souligne parce que j'ai un mépris infini pour ce que tu es. Et sais-tu ce que tu es, Philippe ? Un crisse de chauffard, un danger public.

Oui c'est vrai, le gars roule vite... mais à cinq heure du matin et sur une autoroute, je ne pense pas que ça mérite un mépris infini, un crisse de chauffard, un danger public. Lisez... et voyez tous les détours que prend Lagacé pour en arriver à cette conclusion.

Le titre de ce billet est la première impression qui m'est venu à l'esprit quand j'ai terminé de lire ce texte. Tu commences à déraper sérieusement Lagacé...

Le chroniqueur automobile Philippe Laguë s'est pointé hier chez Marie-France. C'est lui qui a fait la première page du Journal de Montréal jeudi dernier, ainsi que toute la page 3, parce qu'il avait été arrêté à 222km/h dans une zone de 100 km. (...) Il a aussi souligné que vendredi dernier, Le Journal de Montréal a joué en page 7 l'histoire d'un récidiviste de l'alcool au volant qui avait heurté quelqu'un à mort avec son véhicule. Rien en première page.

Dans un élan vomitif, Lagacé tente de nous faire croire que ses boss n'interfèrent pas dans le publi-sac où il signe ses chroniques. Et pourtant ses boss interfèrent tellement, que ledit publi-sac se dégrade de plus en plus. Au point d'être aussi peu informatif que l'autre cochonnerie qu'ils distribuent gratuitement dans le métro... et chez Mc Donalds.

On est pas fou Lagacé. Les gens qui lisent ta feuille de choux ont bien remarqué dans les dernières années que la poubelle que tu tentes de défendre fait beaucoup plus d'effort pour nous vendre des voitures et autres "cossins" que pour nous informer.

Ce qui me console quand je lis des textes comme cette merde fraichement chiée par ce scribe, c'est que je connais le personnage un peu plus. Et c'est pas demain la veille que je vais lui accorder une once de crédibilité.

Je n'aurai jamais de respect pour quelqu'un qui profite d'un espace privilégié pour écrire des textes semblabes !
@

5 commentaire(s):

Publier un commentaire

<< Accueil