Qu'on se le dise... en rose !

C'est n'importe quoi...

vendredi, octobre 20

Des mots, juste des mots...

C'est vendredi, j'ai pas le goût d'écrire un long billet, juste d'en rajouter...

De tous les commentaires que j'ai lu suite aux propos du lucide, celui-là demeurera mon préféré... « Une fois de plus, nous les Québécois, on déçoit M. Bouchard. Une fois de plus. Je trouve ça dommage » (Jacques Parizeau)


Comment accorder une once de crédibilité à quelqu'un d'aussi hypocrite ? « On a la chance d'avoir une classe politique honnête, intègre qui mérite beaucoup mieux que le niveau d'estime auquel elle est placée par les citoyens. » (Lucien Bouchard)

Suicide politique, ou dans le même sens que le vent ? « La présidence de George W. Bush est un désastre et les ambitions impérialistes des États-Unis sont à dénoncer. » (Michael Ignatieff)

Ce politicien devrait être en prison, y'a rien à rajouter... « Nous ne retirerons pas nos troupes d'Irak avant d'avoir vaincu les terroristes. » (George Bush)

Ça y est, Jésus est revenu... « Pour l'instant, je fais tout ce que je peux pour essayer de sauver le monde. » (Justin Trudeau)

Bonne journée !
@

6 commentaire(s):

  • At 20 octobre 2006 à 16 h 44, Anonymous Anonyme said…

    Premièrement, laissez-moi féliciter Monsieur Bouchard pour l’audace et le courage dont il a fait preuve cette semaine en exprimant tout haut ce que plusieurs pensent tout bas sans oser le dire par crainte d’être qualifiés de mauvais Québécois.



    Ceci étant dit, je me demande si son allégeance passée et peut-être présente aux partis souverainistes tant provincial que fédéral ne vous a pas empêché de livrer tout le fond de sa pensée.



    Ne pensez-vous pas que la menace de séparation qui plane sur le Québec depuis plus de trente ans n’a pas autant si non plus d’impact que la productivité des salariés sur l‘économie?



    Ne croyez vous pas que le Québec a déjà récolté tout ce qu’il pouvait espérer du chantage séparatiste soit la reconnaissance de ses droits linguistiques et culturelles pour ne mentionner que ceux-là?



    Ne croyez-vous pas la séparation du Québec est un projet dépassé alors que l’heure est plutôt
    au regroupement et au front commun afin de faire face à des menaces de plus en plus mondiales
    telles que le réchauffement de la planète, l’environnement, le terrorisme etc.?



    Ne croyez-vous pas que de continuer à croire que l’indépendance améliorerait notre situation est complètement irréaliste et que même certains souverainistes semblent le reconnaître en annonçant des années de vaches maigres suivant la souveraineté?



    Ne croyez-vous que de continuer à promouvoir la souveraineté comme solution n’est le fruit de l’obsession d’une certaine élite politique et culturelle assoiffée de pouvoir et de prestige prête à entrainer à sa suite une partie de la population qui leur fait confiance et qui ne comprenne pas nécessairement tous les enjeux?



    Ne croyez-vous pas que l’alternance au pouvoir depuis quelques années entre un parti fédéraliste et un parti souverainiste est une des raisons de la stagnation économique du Québec?



    Ne croyez-vous que l’élection du Parti Québécois dans les années 90 au moment même d’un boom économique sans précédent fut une grave erreur alors que le PQ gouvernait beaucoup plus en vue de remporter un référendum que dans l’intérêt de tous les citoyens alors que les autres provinces en profitaient pour mettre de l’ordre dans leurs finances publiques?



    Advenant la victoire du oui dans un autre éventuel référendum, n’avez-vous pas l’impression que celui qui gagnera, perdra?



    Alors, j'ose espérer qu'un jour un homme politique québécois aura le courage d'aborder publiquement ce questionnement au risque de se faire qualifier de mauvais Québécois.



    Pouvons-nous espérer également de retrouver un jour Monsieur Bouchard à la tête d'un parti provincial nationaliste mais non souverainiste pour nous sortir de l'incertitude politique et du bourbier économique dans lequel nous semblons nous enliser d'avantage année après année.



    C'est ce que je nous souhaite.

    Un Québecois fier de l'ëtre

     
  • At 20 octobre 2006 à 20 h 49, Blogger Qu'on se le dise... en rose ! said…

    C'est beaucoup de questions pour un seul carnetier...

    Je ne crois à peu près rien de ce que vous affirmez mais vous avez le droit à votre opinion.

     
  • At 20 octobre 2006 à 23 h 41, Blogger Qu'on se le dise... en rose ! said…

    Pouvons-nous espérer également de retrouver un jour Monsieur Bouchard à la tête d'un parti provincial nationaliste mais non souverainiste pour nous sortir de l'incertitude politique et du bourbier économique dans lequel nous semblons nous enliser d'avantage année après année.

    J'espère sincèrement que non...

     
  • At 21 octobre 2006 à 09 h 14, Anonymous Henri said…

    Lorsque j'ai lu ce que "Un Québecois fier de l'ëtre" mais anonyme a écrit, j'ai trouvé que ça valait la peine de répondre même si ce serait long. Allons-y :

    Q : "Ne pensez-vous pas que la menace de séparation qui plane sur le Québec depuis plus de trente ans n’a pas autant si non plus d’impact que la productivité des salariés sur l‘économie?"

    R: Non. D'ailleurs quelle "menace" ? La souveraineté a été et est encore parfois à l'occasion une idée dont on débat. La "menace" est seulement perçue par ceux qui ont peur du changement. D'autres au contraire peuvent y voir une opportunité.

    Q : "Ne croyez vous pas que le Québec a déjà récolté tout ce qu’il pouvait espérer du chantage séparatiste soit la reconnaissance de ses droits linguistiques et culturelles pour ne mentionner que ceux-là?"

    R : Non. Il nous faut également les leviers économiques et les impôts que Ottawa nous siphonne. Et je trouve que votre expression "chantage séparatiste" est méprisante.

    Q : "Ne croyez-vous pas la séparation du Québec est un projet dépassé alors que l’heure est plutôt au regroupement et au front commun afin de faire face à des menaces de plus en plus mondiales
    telles que le réchauffement de la planète, l’environnement, le terrorisme etc.?"

    R : L'un n'empêche pas l'autre. Que dire des derniers pays qui se sont formés dernièrement, dont un cette année même.

    Q : "Ne croyez-vous pas que de continuer à croire que l’indépendance améliorerait notre situation est complètement irréaliste et que même certains souverainistes semblent le reconnaître en annonçant des années de vaches maigres suivant la souveraineté?"

    R : Il est certain que le changement entraînerait une période d'instabilité, comme dans n'importe quelle sphère de la vie. Mais par la suite, on serait réellement maître chez nous.

    Q : "Ne croyez-vous que de continuer à promouvoir la souveraineté comme solution n’est le fruit de l’obsession d’une certaine élite politique et culturelle assoiffée de pouvoir et de prestige prête à entrainer à sa suite une partie de la population qui leur fait confiance et qui ne comprenne pas nécessairement tous les enjeux?"

    R : Que vous êtes méprisant envers la population... Faites-vous partie de l'élite ?

    Q : "Ne croyez-vous pas que l’alternance au pouvoir depuis quelques années entre un parti fédéraliste et un parti souverainiste est une des raisons de la stagnation économique du Québec?"

    R : L'alternance au pouvoir est un phénomène qui existe depuis plus de 30 ans. En tout ce temps, il y a eu de bonnes et de moins bonnes périodes économiques. Aucun rapport.

    Q : "Ne croyez-vous que l’élection du Parti Québécois dans les années 90 au moment même d’un boom économique sans précédent fut une grave erreur alors que le PQ gouvernait beaucoup plus en vue de remporter un référendum que dans l’intérêt de tous les citoyens alors que les autres provinces en profitaient pour mettre de l’ordre dans leurs finances publiques?"

    R : Un, ce ne fut pas une erreur puisque c'est la démocratie qui s'est exercée. Deux, le même PQ a mis de l'ordre dans les finances publiques avec Lucien Bouchard, notamment en crissant dehors une grande quantité d'infirmières du réseau de la santé.

    Q : "Advenant la victoire du oui dans un autre éventuel référendum, n’avez-vous pas l’impression que celui qui gagnera, perdra?"

    R : Non.

    Q : "Pouvons-nous espérer également retrouver un jour Monsieur Bouchard à la tête d'un parti provincial nationaliste mais non souverainiste pour nous sortir de l'incertitude politique et du bourbier économique dans lequel nous semblons nous enliser d'avantage année après année."

    R : Celle-là, ce n'est pas la première fois que je l'entends. Bouchard à l'ADQ... C'est peut-être ce qu'il prépare depuis un an, de façon "lucide".

     
  • At 21 octobre 2006 à 09 h 43, Blogger Qu'on se le dise... en rose ! said…

    Bravo Henri...

    Les questions soulevés plus haut me font penser au discours fédéraliste qu'on entend depuis des lunes. Un discours axé sur la peur et la désinformation.

    Moi je n'avais vraiment pas le goût d'y répondre... parce que je pense que ça ne donnera pas grand chose !

     
  • At 24 octobre 2006 à 11 h 05, Anonymous Anonyme said…

    Réponses à Henri:

    Merci d'avoir pris la peine de répondre. Plusieurs ne l'auraient pas fait...


    R: Non. D'ailleurs quelle "menace" ? La souveraineté a été et est encore parfois à l'occasion une idée dont on débat. La "menace" est seulement perçue par ceux qui ont peur du changement. D'autres au contraire peuvent y voir une opportunité.

    RR: Alors débattons!


    R: Non. Il nous faut également les leviers économiques et les impôts que Ottawa nous siphonne. Et je trouve que votre expression "chantage séparatiste" est méprisante.

    RR: Vous n'ignorez sans doute pas que les impots percus par Ottawa au Québec nous reviennent sous différents programmes de toute sorte et que la péréquation est à l'avantage du Québec.


    R: L'un n'empêche pas l'autre. Que dire des derniers pays qui se sont formés dernièrement, dont un cette année même.

    RR: En effet parlons-en! Nommez-moi un seul pays qui s'est séparé depuis 30 ans dont la situation s'est améliorée?


    R : Il est certain que le changement entraînerait une période d'instabilité, comme dans n'importe quelle sphère de la vie. Mais par la suite, on serait réellement maître chez nous.

    RR: Finalement. Cette évidence même était niée par la majorité des souverainistes jusqu'à ce que certains leaders séparatistes osent le reconnaître.


    R : Que vous êtes méprisant envers la population... Faites-vous partie de l'élite ?

    RR: Bon nous y voici: à opinions divergentes, on est plus de mauvais Québécois mais on est méprisant maintenant...belle évolution! Il n'est pas nécessaire de faire partie d'une élite pour poser des questions que je crois intelligentes et pertinentes.


    R : L'alternance au pouvoir est un phénomène qui existe depuis plus de 30 ans. En tout ce temps, il y a eu de bonnes et de moins bonnes périodes économiques. Aucun rapport.

    RR: Vrai, cependant vous admettrez qu'une alternance entre un parti fédéraliste et un parti souverainiste est plutôt très contradictoire et n'augure rien de bon pour l'économie.


    R : Un, ce ne fut pas une erreur puisque c'est la démocratie qui s'est exercée. Deux, le même PQ a mis de l'ordre dans les finances publiques avec Lucien Bouchard, notamment en crissant dehors une grande quantité d'infirmières du réseau de la santé.

    RR: Un, vrai. Deux, je ne comprends pas le point que vous essayez de faire.


    R : Non.
    RR: Oui


    R : Celle-là, ce n'est pas la première fois que je l'entends. Bouchard à l'ADQ... C'est peut-être ce qu'il prépare depuis un an, de façon "lucide".

    RR: Peut-être, l'avenir le dira.

    Un Québecois fier de l'être.

     

Publier un commentaire

<< Accueil